Ouverture du capital - Et si c’était oui ?

Ouverture du capitalEt si c’était oui ?

12.02.2009

Le 16 décembre 2008, l’avocat général de la cour de justice européenne s’est prononcé contre l’ouverture du capital des pharmacies italiennes et allemandes. La menace s’est donc éloignée pour un temps, mais une autre échéance se profile à l’horizon : l’instance rendra sa décision définitive au printemps. Et si, ce qui est peu probable, ses conclusions étaient différentes ? Si cette libéralisation, tant redoutée par la plupart des pharmaciens, devenait réalité ? Analyse des conséquences d’un scénario fiction.

DES FRACTURES qui se creuseraient davantage entre les officines. Tel serait le premier impact de l’éventuelle ouverture du capital des officines. Les pharmacies bien gérées et bien placées auraient la faveur des repreneurs, tandis que les autres – plus petites, mal situées ou les officines de quartier – seraient sur le fil du rasoir.

Dans l’étude publiée en décembre dernier par Precepta (groupe Xerfi) sur la distribution pharmaceutique* (voir « le Quotidien » n° 2631), Emmanuel Sève...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires