Le chef de l’État fait quelques concessions à la gauche - Sarkozy tente de calmer le jeu

Le chef de l’État fait quelques concessions à la gaucheSarkozy tente de calmer le jeu

09.02.2009

En offrant plusieurs pistes négociables pour augmenter le pouvoir d’achat des foyers les moins aisés, le président de la République a tendu la main aux syndicats et à l’opposition. Les propos qu’il a tenus jeudi dernier sont intéressants et donnent à réfléchir. Mais M. Sarkozy ne s’est inspiré d’aucune des propositions du PS. Pour le moment, le rejet de ses idées est unanime dans le monde syndical.

COMPTE TENU de la gravité de la crise, dont il a souligné avec vigueur la brutalité, le chef de l’État avait les mains libres pour envisager une mesure en faveur du pouvoir d’achat qui aurait eu au moins pour avantage de donner un peu de satisfaction aux syndicats et au PS. L’adoption du versement de 500 euros à une dizaine de millions de foyers, qui est inscrite dans le plan de relance socialiste, aurait eu un fort retentissement. Ce n’est pas que M. Sarkozy n’ait pas ouvert plusieurs...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Vaccination officine

À la Une Vaccination à l'officine : les leçons d'un succès Abonné

L'expérimentation de la vaccination antigrippale à l'officine s'est achevée le 31 janvier dernier. Tandis que plus de 156 000 patients ont été vaccinés au total, les présidents des URPS Pharmaciens des deux régions tests dressent un premier bilan positif et pensent déjà aux améliorations à apporter pour la prochaine campagne vaccinale. Commenter

Partenaires