Dossier - La santé après 50 ans - Le nouvel âge de raison
Actualité pharmaceutique
Dossier - La santé après 50 ans | 1/12

Le nouvel âge de raison

Didier Doukhan
| 27.11.2017
  • montage

Si chez l'enfant, la septième année marque traditionnellement l'entrée dans l'âge de raison, quarante-trois ans plus tard, un autre seuil semble franchi. L'enfant devenu adulte, plus vraiment jeune, pas encore vieux, devient « senior ».

La cinquantaine, nouvel âge de raison ? C'est en tout cas ce que semble nous dire Carole Renucci. Interrogée par « Le Quotidien », la directrice de la rédaction du magazine « Notre temps » dresse le portrait de ses...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

Les autres focus

add
  • Focus

    dossier Abonné

    bébé

    Lorsqu'il entre dans votre officine, il ne demande rien, s'exprime peu, ne se plaint pas et ne dit pas bonjour… Toujours accompagné, «... Commenter

  • Focus

    Dossier - Froid et pharmacie Abonné

    iceberg et dauphin

    Lundi dernier, la ministre de la Santé Agnès Buzyn rencontrait l'ensemble des représentants des acteurs du système de santé. Objectif de... Commenter

  • Focus

    Dossier - Objectif prévention Abonné

    prévention

    Être solidaire. Voilà bien l'un des principes fondateurs de nos sociétés. La solidarité guide nos comportements sociaux, nos habitudes de co... Commenter

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires