Service de garde - Deux-Sèvres : quand la police fait faux bond aux pharmacies de garde

Service de gardeDeux-Sèvres : quand la police fait faux bond aux pharmacies de garde

David Paitraud
| 12.11.2019

Les services de police et de gendarmerie des Deux-Sèvres souhaitent se désengager du dispositif d'information sur les gardes en pharmacie. Des discussions avec la profession sont engagées pour trouver une solution satisfaisante, tout en garantissant la sécurité des pharmaciens.

« Tous les soirs à partir de 20 heures, pendant au moins deux heures, nous recevons des appels toutes les 10 minutes pour les pharmacies. Cela encombre le 17. C'est pourquoi nous nous désengageons de cette mission médicale qui ne nous concerne pas », expliquait le capitaine de police niortais, Nicolas Fravel, dans les colonnes de la « Nouvelle République » le 2 novembre.

Ce dossier épineux a été ouvert en septembre dernier, lorsque les forces de...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
pharmacie

À la Une Activité officinale : le calme après la tempête

Après avoir connu deux vagues records correspondant l'une à l'afflux de demandes de paracétamol et de renouvellement d'ordonnances, l'autre à des prescriptions insolites en hydroxychloroquine, l'activité officinale est en chute libre depuis dix jours. Comment faire face à cette situation inédite sans trop de casse ? Commenter

Partenaires