À la Une - Réforme des retraites : non à l’étatisation !

À la UneRéforme des retraites : non à l’étatisation !

Marie Bonte
| 19.09.2019

Médecins, infirmiers et kinésithérapeutes ont manifesté le 16 septembre à Paris, dans les pas des avocats, tous opposés au système de retraite universel voulu par le gouvernement. Absents de ce mouvement, les pharmaciens espèrent encore être entendus d'ici au 15 octobre lors d'une concertation avec le gouvernement sur leurs revendications visant à préserver les spécificités de leur régime, comme l'expose Monique Durand, présidente de la Caisse d'assurance vieillesse des pharmaciens (CAVP).

  • manif
  • Monique Durand

Le Quotidien du pharmacien.- Pour quelles raisons les pharmaciens n’ont-ils pas rejoint lundi les médecins, les infirmiers, et les kinés ainsi que d’autres professions libérales, comme les avocats, dans les manifestations organisées contre la réforme des retraites ?

Monique Durand.- Compte tenu des annonces récentes du Premier ministre, il nous a semblé opportun de donner une chance à la concertation. Ce qui n’empêche pas que nous restons très attentifs sur l’évolution du...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires