20 ans de substitution - Du générique au biosimilaire, les pharmaciens à la manœuvre

20 ans de substitutionDu générique au biosimilaire, les pharmaciens à la manœuvre

Mélanie Maziere
| 24.06.2019

Pour célébrer les 20 ans de la substitution, le Laboratoire Mylan a organisé un colloque à la faculté de pharmacie de Paris. C'est en effet le 12 juin 1999 que le gouvernement de l'époque a créé le droit de substitution, confiant le développement du marché des génériques aux pharmaciens. Vingt ans plus tard, ils ont généré 25 millions d’euros d’économies à l’assurance-maladie. Bientôt la même histoire avec les biosimilaires ?

  • substitution

Personne n’y croyait. « En 1998, je faisais partie du jury pour évaluer la thèse d’un camarade qui démontrait brillamment que l’évolution du générique en France était impossible. Je lui ai accordé une mention honorable, je m’en repends aujourd’hui », sourit Philippe Besset, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF). Depuis, le droit de substitution a tout changé. Résultat : en 2018 le taux de substitution dans le répertoire a atteint 81 %...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires