Contrefaçon - Des bons objectifs mais peu de moyens

ContrefaçonDes bons objectifs mais peu de moyens

Marie Bonte, Mélanie Maziere
| 16.05.2019

Réagissant à la proposition d’Unifab de créer un observatoire du médicament falsifié (voir notre édition du lundi 13 mai), le directeur de l’Institut international de recherche anti contrefaçon de médicaments (IRACM) et le président de l’association française des pharmacies en ligne (AFPEL) estiment que l’intention est bonne. Mais que les moyens déployés resteront insuffisants au regard d’une cybercriminalité très organisée et mondialisée.

  • contrefaçon

Face à l’explosion des ventes en ligne illicites de médicaments, l’Union des fabricants (Unifab) propose la création d’un dispositif associant à la fois un observatoire et un processus de poursuites judiciaires rapides. Il va sans dire qu’un tel arsenal contre le cybercommerce du médicament contrefait doit réunir tous les acteurs, y compris les Ordres professionnels des médecins et des pharmaciens. Et ce à l’échelle européenne.

Pour autant, l’Europe n’a-t-elle pas produit le mal...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
montage

À la Une Indus : bientôt la fin d’une injustice ? Abonné

Les actions de récupération d’indus par l’assurance-maladie sont une véritable plaie pour l’économie officinale. Elles suscitent, de plus, un profond sentiment d’injustice chez les pharmaciens. Les syndicats, qui ne cessent de dénoncer ces pratiques, viennent d’obtenir quelques satisfactions auprès de l’assurance-maladie. 1

Partenaires