À la Une - Compléments alimentaires : un marché à mieux encadrer

À la UneCompléments alimentaires : un marché à mieux encadrer

Charlotte Demarti
| 11.02.2019

Le marché des compléments alimentaires est florissant, avec un chiffre d’affaires global de 1,9 milliard d'euros en 2018, dont plus de la moitié est réalisée en pharmacie. S’ils ont la cote auprès des Français, ces produits ne sont pas pour autant dénués de risques, et leur encadrement en termes de sécurité laisse parfois à désirer. Certains compléments à base de plantes laxatives sont ainsi dans le viseur de l’Académie de pharmacie.

  • aloe
  • vincente

Le suc d’aloe, la racine de rhubarbe, la feuille de séné, l’écorce de bourdaine ou de cascara, vous connaissez ?

« Ces parties de plantes renferment des dérivés hydroxy-anthracéniques, dont l’usage médical en tant que laxatif stimulant est bien établi », rappelle l’Académie nationale de pharmacie. Il en est de même, dans une moindre mesure, pour le cassier (arbre tropical dont on utilise la pulpe du fruit) ou l’écorce de neprun. Leur présence dans...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires