Sevrage tabagique - Le pharmacien exclu du dispositif

Sevrage tabagiqueLe pharmacien exclu du dispositif

Charlotte Demarti
| 10.01.2019

Si certains substituts nicotiniques sont désormais remboursables, le parcours du patient qui souhaite arrêter de fumer n’est pas pour autant fluide. En effet, il ne peut pas se rendre chez le pharmacien, obtenir des substituts nicotiniques et se faire rembourser. La case prescription reste obligatoire pour la prise en charge, mais souvent rédhibitoire.

  • sevrage tabac

Depuis le 28 mai 2018, certains substituts nicotiniques peuvent être pris en charge par l’assurance-maladie à hauteur de 65 %. Aujourd'hui, une soixantaine de références sont ainsi remboursables, toutes présentations confondues.

De plus, la liste des professionnels de santé habilités à prescrire ces substituts a été étendue en 2016, incluant les sages-femmes, les dentistes, les infirmiers, les kinésithérapeutes, les médecins du travail… mais pas les pharmaciens ! Une...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
agnès buzyn rtl

Vente à l’unité : Agnès Buzyn souligne les difficultés techniques

Invitée du Grand Jury sur RTL, le 17 mars, la ministre de la Santé s’est déclarée favorable à la vente à l’unité pour les antibiotiques et tout autre traitement de courte durée, tout en soulignant les difficultés techniques... 10

Partenaires