L’article sur le droit à l’oubli des 18-21 ans a été rejeté - Jeunes en rémission d'un cancer : la double peine ?

L’article sur le droit à l’oubli des 18-21 ans a été rejetéJeunes en rémission d'un cancer : la double peine ?

Elsa Bellanger
| 13.12.2018

Comment expliquer la position de la ministre de la Santé Agnès Buzyn concernant le droit à l’oubli ? Le rejet par l’Assemblée nationale d’un article de loi visant à étendre ce droit pour les jeunes âgés de 18 à 21 ans en rémission d’un cancer a suscité l’incompréhension des groupes parlementaires

  • BUZYN

Fin novembre. L’Assemblée nationale examine la possibilité d’étendre le droit à l’oubli aux 18-21 ans. Objectif : permettre aux jeunes patients en rémission d’un cancer, 5 ans après la fin de leur traitement sans rechute, de ne plus déclarer leur pathologie lorsqu’ils sollicitent un prêt. « Cette mesure concernerait environ 900 jeunes, auxquels on permettrait de réaliser leurs projets sans attendre, sans subir une double peine à la suite de leur maladie », explique la...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ns

À la Une Vent de panique sur le générique Abonné

La réforme des règles du non substituable (NS), prévue à la loi de financement de la Sécurité sociale 2019, et applicable dès 2020, ne menace pas seulement à terme le développement du générique. Par les réactions des fabricants qu’elle va susciter, cette disposition pourrait également provoquer un effondrement de l’économie officinale que les syndicats de pharmaciens refusent de considérer comme... Commenter

Partenaires