Bilan de médication : une affaire de méthode

Bilan de médication : une affaire de méthode

Denis Durand de Bousingen
| 25.10.2018

Trop de pharmaciens hésitent encore à se lancer dans les bilans partagés de médication (BPM), comme l’a montré une séance de l’UTIP organisée dimanche à Strasbourg, destinée justement à aider les officinaux à vaincre leurs réticences.

Coordonnée par Danielle Roquier-Charles, cette après-midi très dense a d’abord rappelé les spécificités des prescriptions chez les patients âgés, ainsi que les lourdes conséquences des polymédications inappropriées ou problématiques chez ces derniers, d’autant que les risques iatrogéniques augmentent régulièrement avec l’âge.

La réalisation d’un BPM est soumise à l’accord du patient et articulée autour de 4 étapes formalisées. Elle déclenche une rémunération de 60 ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires