Androcur et génériques - Une IRM avant de traiter

Androcur et génériquesUne IRM avant de traiter

11.10.2018

En raison d’un risque de survenue de méningiome lié à la prise d'acétate de cyprotérone à forte dose (Androcur et génériques), de nouvelles recommandations ont été publiées par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Elles précisent qu’une IRM doit désormais être réalisée en début de traitement pour tous les patients, et renouvelée au bout de 5 ans. Les médecins doivent contacter leurs patients actuellement sous Androcur ou génériques pour...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
coupable

À la Une Pénuries de médicaments : qui est coupable ? Abonné

Les ruptures d'approvisionnement en vaccin antigrippal que rencontrent actuellement les pharmaciens remettent sur les devants de la scène les propositions du rapport sénatorial sur les pénuries de médicaments et de vaccins. Et font émerger diverses pistes, dont une meilleure utilisation du DP-Ruptures pour identifier les causes de ces pénuries. Commenter

Partenaires