Le bitcoin fait des émules en Allemagne - À Düsseldorf, on peut payer son pharmacien en monnaie virtuelle

Le bitcoin fait des émules en AllemagneÀ Düsseldorf, on peut payer son pharmacien en monnaie virtuelle

Denis Durand de Bousingen
| 25.01.2018

Un pharmacien de Düsseldorf (Allemagne) propose depuis quelques jours à ses clients de le payer en bitcoins ou en etheriums, les deux principales monnaies virtuelles : si personne ne l’a fait jusqu’à présent, son offre lui vaut déjà les honneurs de la presse régionale et professionnelle.

  • Bitcoins DUSSELDORF

Passionné de nouvelles technologies et persuadé que les monnaies virtuelles représentent l’avenir, Andreas Neumann-Dudek, titulaire de la pharmacie « Neon », a équipé sa comptabilité d’un logiciel permettant les paiements en bitcoins et en etheriums, et qui fonctionne pour tous les montants compris entre 5 et 500 euros. Pour pouvoir valider les paiements, les smartphones du vendeur et de l’acheteur doivent être équipés d’un « porte-monnaie virtuel » compatible...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires