La certification, barrage supplémentaire aux erreurs

La certification, barrage supplémentaire aux erreurs

Marie Bonte
| 22.01.2018

Par le biais de la certification qualité, certaines officines n'ont pas attendu l'affaire Lactalis pour mettre en œuvre des procédures visant à mieux sécuriser le circuit du médicament et des produits de santé. C'est le cas de la pharmacie d'Épluches, dans le Val d'Oise, affiliée au groupement Giphar.

Tout au long du mois de décembre, à l’instar de l’ensemble de ses confrères, Pierre-Edouard Poiré, titulaire de la pharmacie d'Epluches, a vu défiler sur les écrans de son officine de St Ouen-l’Aumône (Val d’Oise) les alertes successives concernant les rappels et les retraits de lots de laits contaminés Lactalis. « Elles nous sont arrivées sur notre LGO, mais aussi par l’Ordre, les syndicats et par le fabricant. Pour ne pas être au courant, il fallait être sur une autre planète »...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
baisses de prix

À la Une Dispositifs médicaux : halte aux baisses de prix ! Abonné

Fermement opposés aux baisses tarifaires qui doivent s'appliquer aux dispositifs médicaux (DM), les syndicats des prestataires de santé à domicile ont été reçus le 16 avril, au ministère de la Santé. Jugeant la vision du gouvernement « court-termiste », les acteurs du secteur, dont font partie les officinaux, redoutent de lourdes conséquences pour leur activité comme pour les patients qu'ils... 2

Partenaires