PLFSS 2018 : des députés volent au secours de la répartition

PLFSS 2018 : des députés volent au secours de la répartition

Marie Bonte
| 24.10.2017
  • ocp

À l'heure de l’ouverture des débats sur le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS 2018), cinquante députés sont montés au créneau pour défendre les grossistes-répartiteurs dont l’activité est gravement menacée par les baisses de prix prévues. Trois amendements ont été déposés.

La répartition, dont le mode de rémunération repose exclusivement sur le niveau de prix des médicaments, se retrouve une nouvelle fois en ligne de mire. Selon les projections, les...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Commentez 6 Commentaires
 
Pascal Pharmacien 25.10.2017 à 12h27

Le problème des grossistes, comme celui des officines, est consécutif à une ventilation de marge qui nous a été imposée et qui au fil du temps a fait que l'industrie pharmaceutique a récupéré plus de Lire la suite

Répondre
 
Denis M Pharmacien 25.10.2017 à 09h30

l'affirmation "le mode de rémunération repose exclusivement sur le niveau de prix des médicaments" est plutôt fausse puisque sur les 2.5 milliards de med remboursables 1.9 ont un PFHT Lire la suite

Répondre
 
Dr Gnon Pharmacien 24.10.2017 à 18h48

Personne ne se pose la question : à quoi sert la taxe sur les ventes de médicaments génériques alors qu'on est sensés les privilégier . Pour tous les fournisseurs . Pourquoi ça existe encore . La Lire la suite

Répondre
 
BRUNO G Pharmacien 24.10.2017 à 17h54

Comment font les répartiteurs pour trouver 50 députés pour venir à leur secours alors que les pharmaciens d'officine sont incapables d'en trouver , ne serait ce qu'une poignée , pour leur éviter Lire la suite

Répondre
 
HERVÉ C Pharmacien 24.10.2017 à 20h42

Tu devrais te syndiquer cher confrère

Répondre
 
maxime t Pharmacien 24.10.2017 à 17h38

Enfin!! Sans répartiteur plus d'officines !!
Quand la répartition ne vie plus c'est l'officine et le patient qui est en danger

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires